Une leçon de politique, une vraie!

Sans encenser le Movimento Cinque Stelle ( Mouvement 5 étoiles) et encore moins son drôle de leader coutumiers de dérapages (in)contrôlés, Beppe Grillo, la première femme a avoir été élue Maire de Rome nous a donné une leçon de politique, une vraie, et dignement s’il-vous-plaît.

C’est une claque. Une baffe magistrale adressée à la fois à ces institutions sportives devenues machines à frics…et à ces politiciens coupés des réalités qui cherche à flatter leurs orgueils- à l’exemple de l’autre mairesse parisienne fausse socialiste qui pollue notre capitale avec ses mesures liberticides écobobolchèviques. Car en cette ère où le spectaculaire prime sur tout, écrase les réflexions de chacun, crée maints stratagèmes pour mettre sous le joug du consumérisme des milliards d’individus de par le monde, nous entendons une voix invoquer l’intérêt de sa ville et de ses administrés, de sa ville qui a vu naître les Jeux du Cirque trouvaille des Empereurs Romains.

Le véritable coeur de Rome n’est pas dans le marbre du Sénat, il est dans le sable du Colisée! Alors, du pain et des jeux…

Non, pas cette fois-ci.

Une politicienne a rappelé qu’il y a d’autres priorités et qu’elle a été justement élue pour y remédier. Rappelons qu’avant son élection la ville de Rome croulait- et croule toujours- sous une dette abyssale, en plus d’être arrosée par des scandales de corruptions où on retrouve sans surprise l’ombre de la Mafia. Que ce sont justement ces scandales financiers qui ont conduit aussi une grosse partie des Romains a voter massivement pour la populiste berlusconienne Giorgia Meloni, qui escomptait sur les voix de la très fascisante Ligue du Nord ( Modèle du Bloc Identitaire), et qu’une catastrophe a été évitée de peu lors des élections de Juin 2016. Rome fait également face à des problèmes divers- chômage, infrastructures municipales, mal-logement– et toute organisation d’Olympiade moderne engendre plus de coûts quasiment impossibles à amortir que de retombées économiques- des sommes dispendieuses pour de l’éphémère, pour du court terme, c’est du gaspillage…

Sauf si la postérité nous révèle l’existence d’une ou de plusieurs enveloppes remises sous tables, et loin de penser que le M5S est parfait, cette dame nous a donné une leçon à l’heure où d’autres politiciens-médiocres de surcroît, corrompus, voire les deux- ne trouvent rien de mieux qu’à se donner dans le bellicisme d’opérette pour ameuter les votes de millions de cons. De bien piètres individus qui savent pas distinguer une guerre d’une guérilla…et auxquels, malgré les scandales en boucle, on continue de confier la gestion d’un pays en crise.

L’éducation, la santé, la culture, les routes, le travail, le patrimoine culturel, le logement…voila des sujets primordiaux.

Une dernière pour la route avec l’intégralité du discours:

« Il est irresponsable de nominer Rome aux Jeux Olympiques 2024. Spéculation immobilière, affaires pour les lobbys, installations jamais complétées, structures abandonnées, dettes et des sacrifices pour les citoyens. Nous sommes opposés à cette candidature parce que nous ne voulons pas hypothéquer l’avenir des Romains et des italiens en échange de l’énième promesse de la part de ceux qui jusqu’ici n’a jamais gardé sa parole. Ce n’est pas un non aux jeux olympiques mais à la spéculation sur la peau des citoyens.

La pression médiatique est très forte. Et je crois qu’elle ne s’arrêtera pas aujourd’hui. Mais nous avons les citoyens avec nous. En fait, nous sommes des citoyens. Vous essayez de demander à un romain si il est content de ce qu’ont laissé les derniers championnats du monde de natation. Nous avons sous les yeux ce qu’ils ont laissé les derniers « grands événements » qui auraient dû relancer le pays : les chantiers inachevés des championnats du monde de natation de Rome de 2009, les infrastructures abandonnées des jeux d’hiver de Turin en 2006, la faillite d’expo Milan 2015, le flop des jeux méditerranéens de Pescara 2009 ; la reconstruction infinie de l’aigle après le tremblement de terre ; la coulée de ciment sur l’île de la Madeleine en Sardaigne qui aurait dû accueillir le G8 du 2009. Et les milliards de Euros de dette que les italiens continuent à payer alors que quelqu’un s’est enrichi sur leur dos. Il semble incroyable mais depuis peu nous avons terminé de payer le prêt hypothécaire pour les championnats du monde de football de 1990.

On nous a demandé de respecter une trêve olympique. Nous l’avons fait pour tous nos athlètes bleus. Nous avons résisté aux provocations et aux pressions de ces derniers mois. Il y a d’autres intégristes des « Jeux Olympiques de la brique » qui, au lieu de cela, ils n’ont pas respecté ni la trêve ni les bleus paralympiques. Nous les athlètes nous voulons les accueillir à Rome, non seulement pour 30 jours, mais nous voulons créer une ville avec des infrastructures sportives en mesure de les accueillir chaque jour.

Nous avons bien étudié le dossier Jeux Olympiques. Nous avons vu ce qui s’est passé à Athènes 2004 : un grand rêve qui s’est transformé en un cauchemar pour tous les grecs mis maintenant à genoux par celui qui les avait des illusions. Et à Londres, 2012 n’est pas allée mieux : les dépenses ont augmenté de 76 %. Pire encore à Sidney 2000 : coûts élevés de 90 %. Pour ne pas parler d’Atlanta 1996 : un accroissement de 151 %. Enfin, il y a Montréal, où il a atteint le sommet d’une augmentation de 720 % par rapport au budget initial prévu. Nous ne le disons pas nous, mais une étude de l’université d’Oxford du 2016. Il nous manque encore les données de Rio 2016 : les images des manifestations dans la rue laissent entendre ce qu’en pensent les brésiliens. Maintenant, ils nous disent que nous sommes en train de renoncer à des centaines de milliers d’emplois. Mais ils l’avaient promis aussi pour l’expo de Milan 2015 et pour de nombreuses autres « événements ». Nous n’y croyons pas. En fait, c’est précisément dans leur dossier de candidature, nous lisons que les postes seront un peu moins de 10 $ par an et temporaires et non pas 177 mille comme ils ont essayé de nous faire croire.
L’organisation d’un grand événement, comme les jeux, nous semble être une bonne affaire pour les lobbys. Nous sommes opposés à une logique d’urgence ou au recours à la nature extraordinaire de la gestion publique. Rome et l’Italie ont besoin d’une bonne gestion ordinaire : sans gaspillage, sans faveurs aux amis, sans privilèges pour les différentes castes. Nous avons un projet sur Rome beaucoup plus ambitieux que celui présenté pour accueillir les jeux du 2024 : rendre la ville aux Romains et aux italiens. Nous voulons requalifier les services, optimiser les infrastructures existantes et concevoir un avenir durable dans lequel personne ne reste en arrière.

Demandez à un romain  » qu’est ce que vous pensez du massacre des championnats du monde de natation du 2009. Demandez à un handicapé qui chaque jour doit dépasser les barrières architecturales. Demandez à n’importe qui qui porte ses enfants dans des écoles dépourvus de gymnases ou d’installations qui, pire, tombent en morceaux. Il est préférable d’avoir une énième cathédrale dans le désert ou des investissements visant à améliorer la vie quotidienne de tous ?

Nous ne sommes pas des fous mais des personnes normales, des citoyens. Les évaluations de ce type les ont déjà faites les habitants de Boston, Hambourg, Madrid : ont renoncé à la candidature parce qu’ils ont d’autres priorités. Nos priorités sont celles des citoyens de Rome et des italiens. Pour cela, nous continuerons à nous engager pour faire revenir Rome une ville avec une qualité de vie au niveau des principales capitales européennes. Nous interviendrons sur les installations sportives municipales de la ville avec de nouveaux critères de gestion et nous visons à des tarifs plus accessibles pour leur utilisation. Et nous allons essayer de remédier aux erreurs des autres : nous voulons transformer les chantiers en ruine et inachevés de la ville du sport dans une « voile de la connaissance » grâce à un accord que nous allons conclure avec l’université de Tor Vergata.« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s