Sondage: êtes-vous favorable ou non à la peine de mort…

Publicités

3 réflexions sur “Sondage: êtes-vous favorable ou non à la peine de mort…

  1. La peine de mort ne permet pas de rattraper les erreurs judiciaires, dont on sait qu’elles sont nombreuses ! Et de plus, n’importe qui peut devenir assassin car n’importe qui peut être victime, et c’est le terme juste, d’un coup de folie, qui ne se reproduira peut-être jamais !

    1. Bonjour. Il n’y a pas que des erreurs judiciaires : il y aussi des… saloperies, judiciaires ! Et le fait d’y avoir été confronté, à la limite de l’imaginable* (dans une situation où des intérêts haut placés étaient en jeu et où dès lors le reste en découlait) m’a amené à porter un regard désagréable sur moi-même. J’ai toujours été adversaire de la peine de mort et c’est même la raison pour laquelle en 1981, où j’étais déjà en âge de voter, je suis allé le faire, malgré la répugnance que m’inspirent ce mauvais lieu qu’on appelle un isoloir et cette affreuse chose qu’on appelle une urne, et malgré ma détestation de tout ce que représentait Mitterrand et la fausse gauche : je me voyais mal, rester dans mon lit, dès lors que c’était l’abolition de la peine de mort qui faisait l’objet du scrutin.
      Les circonstances ont donc voulu qu’ensuite j’aie affaire à la justice.
      Je ne suis pas mauvais cheval, et ne ferais pas de mal à une mouche. Je ne souhaite pas non plus la mort de mon prochain (enfin bon… c’est selon…). Mais j’ignore totalement comment je réagirais si l’ordre devait m’être donné de fusiller un de ceux auxquels j’ai eu affaire -et pour peu bien sûr, que la décision ait été prise dans des conditions de respect des droits de la défense qui m’auront été à moi refusées.

      * ce sont par exemple des magistrats qui ont… postdaté de six mois un courrier dont j’étais l’auteur, afin d’en dissimuler l’envoi en temps voulu ; c’est ensuite la Cour de Cassation qui, pour la première fois à ma connaissance dans la pratique judiciaire française, auront refusé d’invalider l’arrête précédent, bien qu’entaché d’une erreur de datation volontaire ; l’ultime épisode aura été, là où j’avais moi-même présenté un mémoire en défense (car cela ne valait plus la peine d’engraisser des avocats, vu le résultat connu d’avance) la… dissimulation, dans le jugement rendu contre moi, de l’existence dudit mémoire, et a fortiori la non-réponse à celui-ci : et ce en violation d’un principe solidement établi depuis 1789 et qui veut que chacun a droit à voir sa cause entendue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s