6éme République, démocratie directe, Clérocratie, putsch militaire, ou rétablissement de la monarchie…les pour et les contre.

Sauf si vous êtes un ermite ou que vous croyez sincèrement à la remise à neuf de notre Cinquième République il ne vous aura pas échappé que plus grand monde ne croit à l’efficacité du système actuel. Et parce que nous sommes nombreux à espérer qu’un changement s’opère, autant dire beaucoup de monde moins la petite aristocratie à la tête de notre Ripoublique, inévitablement, les alternatives proposées se différencient, s’entrechoquent, s’entremêlent, et s’analysent.

La 6éme République: elle est proposée par une partie de l’aile gauche dite progressiste ( Montebourg, Mélenchon), voire par des souverainistes tels que Chevènement ou bien par des centristes comme Bayrou. Pour l’instant, c’est du tout flou. Les politiciens comme Bayrou et Montebourg la Sixième république proposent en fait de revenir à un système similaire à celui de la Quatrième. Or, le problème est que ce système ferait en sorte que ce soit des petites formations politiques qui fassent la loi via des jeux d’alliances obsolètes: les gros feront tout pour avoir les voix des petits ( sous-entendons magouilles) et dès lors qu’un gouvernement n’aura plus la majorité celui-ci sera conduit vers la démission ( nos voisins transalpins incarnent cet exemple).  D’autres plaident en faveur d’une assemblée constituante débarrassée de dérives monarchiques, soit qu’un maximum de représentants d’un pays se réunissent et adoptent la rédaction d’un grand texte constitutionnel. L’utopie est belle, cependant elle reste au stade larvaire. Belle utopie qui nous emmène on ne sait où…ce serait, en effet, révolutionnaire qu’un peuple puisse écrire sa constitution. Pour cela il faudrait que nous nous entendions tous. Ceci sous-entend des milliers d’organistation d’Assemblée Générale avec modérateurs…à condition de ne pas couper la parole.

Clérocratie: aussi appelée Stochocratie ou plus connue sous l’expression tirage au sort. Cette proposition est actuellement défendue par Etienne Chouard et François Amanrich. Si le terme a été inventé au 20ème siècle le concept remonte en effet à la Grèce Antique. La Réforme Clisthénienne avait pour but initial d’entraver la Tyrannie ( système absolutiste, gouvernement d’un seul homme, qui s’appuie sur l’arbitraire). Les tyrannies grecques antiques nécessitaient les soutiens indéfectibles d’aristocraties dévouées et s’appuyaient sur la ruse ou sur la brutalité afin de soumettre à des  » grands travaux » leurs populations. Afin d’éviter cette configuration Clisthène, voire Solon, ont préconisé la restriction des pouvoirs aux aristocraties de leurs temps par un processus inverse: donner plus de pouvoirs aux citoyens. Attention à l’époque Citoyen ( discours de Solon) signifiait homme né de parents libres ( à différencier d’esclaves) et en comparaison avec les Romains les Grecs étaient nettement plus racialistes, même si les réformes clisthéniennes ont favorisé l’accession à la citoyenneté de métèques ( étrangers résidents) ou d’esclaves. Ces réformes ont eu pour conséquence de modifier le système administratif, ainsi les tribus, ou les phratries ( clans), disparurent au profit de l’intérêt général. Pour anticiper les dérives ces réformes ont donc introduit, par opposition envers un système d’élection classique, le tirage au sort pour casser net les dérives tribales. Au jour d’aujourd’hui cette idée parait  » insolite  » au premier abord, mais en comparaison avec le système actuel- détourné pour mieux servir les intérêts d’une caste de parvenus- ce n’est pas si absurde que cela. Toutefois, François Asselineau a opposé quelques points techniques qui ont le mérite de dépasser cet aspect rebuffades dignes d’un autre temps qu’il a peu tendance à opposer aux autres ( bien que ce texte trahisse une vision organique surannée: le système des partis).

1- sa première conséquence serait de…. supprimer les élections. Allez expliquer aux Français que le retour de la démocratie se traduit d’abord par la suppression des urnes ! Il est certain qu’une très grande majorité de Français seraient absolument opposés à cette idée.

3- rendant sans objet les partis politiques et les campagnes électorales, le tirage au sort laisserait les citoyens encore plus esclaves des médias qu’ils ne le sont aujourd’hui pour se faire une opinion. Ce qui n’est pas peu dire ! Ce serait la troisième conséquence. Une majorité de « tirés au sort » auraient toute chance de ressasser à l’Assemblée nationale ce qu’ils ont entendu sur TF1 la veille au soir…

4- la quatrième conséquence serait d’annoncer soudain aux Français quels sont les représentants que « le sort » a désignés. Il en résulterait évidemment un immense doute et les rumeurs de toute nature sur la sincérité de ce tirage au sort. Qui l’aurait fait ? Le tirage n’a-t-il pas été truqué ?

8- le tirage au sort donnerait forcément des résultats non viables si il s’opérait sur la liste des électeurs. En effet, que se passerait-il si le sort désignait des électeurs :
– très malades et impotents ?
– ou gravement handicapés mentalement ou cérébralement (par exemple des personnes très âgées frappées par la maladie d’Alzheimer) ?
– ou incarcérés ?
– ou disparus ?
– ou n’ayant aucune envie de s’occuper de politique ? (ce qui représente au bas mot 15% du corps électoral)
etc.
Pour être viable, le tirage au sort devrait donc se faire sur des listes d’aptitude, lesquelles poseraient des problèmes très épineux de tenue à jour, de fiabilité, et plus encore de représentativité de l’ensemble de la population. Qui dresserait ces listes d’aptitude ? Sur quelles bases ? Comment s’assurer que ces listes ne procèderaient pas à une distorsion par rapport à l’électorat, entachant ainsi sa représentativité d’emblée ?
etc.
C’est la huitième conséquence.

La Démocratie Directe, à ne pas confondre avec les deux modèles précédents, est un régime où le référendum prévaut. Les pays où ce modèle est en cours sont la Suisse et l’Islande.

Bémol: une donnée est à prendre en compte. Ces trois modes de gouvernements ont jusque à présent été appliqués dans des contrées de moins de un million d’habitants. Or, la France en compte soixante-six millions, ce qui n’est pas rien, et qu’on m’excuse mais l’Attique, la Suisse, et l’Islande, en superficies additionnées, n’égalent même pas le chiffre obtenu par l’addition des superficies de nos trois plus grosses régions ( la Guyane, Midi-Pyrénées, et Rhône-Alpes).

Vient l’idée du Putsch Militaire, la moins bonne de toutes. Au passage, la plupart d’entre-nous sommes parfois en train de pester contre ces élus impliqués dans des affaires scandaleuses où ils sont à 99% sûrs de s’en sortir avec une tape sur la main ( tandis que nous autres sans-dents, pour moins que ça, on prend cher et ferme…quoique avec les réformes Taubira le homejacking avec saucissonnage peut valoir le port du bracelet électronique), de fulminer contre la Justice ou la Police qui ne font plus leur travail institutionnellement parlant…et on se met à rêver d’un jour où on leur fera porter du goudron et des plumes pour être poli. Cependant, les chantres du Putsch Militaire- ceux qui en ont fait une idéologie- ont visiblement d’autres objectifs plutôt nauséeux qui prendraient la forme de tout ce que le genre humain a fait de plus vil: lois raciales, chasses ( aux Juifs, aux homosexuels, aux personnes d’origines extra-européennes, aux opposants, voire à tout ce qui présente la mauvaise tronche), endoctrinements, culte de la personnalité, instauration d’une histoire officielle, les femmes réduites à Kinder-Kirche-Küche ( enfants, cuisine, église) ou sinon vite désignée comme des Marie-Couche-Toi-Là- même type de raisonnement que chez les racailles…comme quoi qui se déteste se ressemble.

Il y a deux types de régime monarchiques. Le premier, honni depuis la Révolution Française, est celui de type traditionnel où un Roi nomme ses ministres s’appuie sur une aristocratie et des institutions religieuses pour mener à bien la gestion du royaume. Un mythe à démolir: les Rois ne faisaient pas tout ce qu’ils voulaient, loin de là. En preuve cette citation détournée de Louis XIV à Colbert, l’état c’est moi, qui signifie que l’état c’est d’abord le contribuable, l’habitant du pays, et non pas les membres d’une élite qui se parent de titres devant leurs petites cours. Alors pour ceux qui rêvent de libertés publiques il faudra repasser plus tard- des éléments plus royalistes que le roi s’occuperont de faire régner la terreur en prétextant que la parole du monarque ne saurait être remise en cause. N’oublions pas que c’est ce système qui a débouché sur la Révolution Française, ceci parce que les aristocrates ont été plus prompts à vouloir préserver autant que faire se peut leurs petites places plutôt que de servir l’intérêt général. La deuxième variante, plus plaisante, est la monarchie constitutionnelle ( ou parlementaire). C’est un contrat. Le ou la monarque prend acte de la parole du peuple via le Parlement, et le Peuple reconnaît la tête couronnée comme chef d’état. Le lien est doux. Si on regarde bien l’Europe fourmille de monarchies constitutionnelles ( Espagne, Belgique, Pays-Bas, Suède, Norvège, Royaume-Uni, Danemark). Que l’on a pas envie de rire lorsque des politiciens de gauche citent comme exemples démocratiques les pays Scandinaves, en particulier la Suède où les élus sont chacun assujettis à une feuille de route ( et, pensée à ce merdeux d’E&R pour qui la Suède n’est qu’un pays de féministes genrées et de toxicos, c’est aussi un pays très en avance sur la lutte contre la corruption). Au lendemain de l’ère Cromwell, qui fut une des plus sanguinolentes dans l’histoire anglaise, a été édité la première version de l’Habeas Corpus ( j’ai un corps en latin), écrit qui préfigurait la Déclaration des Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen ( bafouée depuis).

Enfin, tout ça c’est bien beau…mais que faire en attendant?

Publicités

Une réflexion sur “6éme République, démocratie directe, Clérocratie, putsch militaire, ou rétablissement de la monarchie…les pour et les contre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s