Nations en Afrique, le défi!

La mort de Nelson Mandela donne lieu à toutes sortes de réactions allant des pleurs célébrant un résistant aux pires calomnies souvent produites par des nostalgiques d’une bien triste époque ( il y a aussi des reproches plutôt justifiés qui pointent la non-réalisation des réformes et le règne sans partage du néo-libéralisme sauvage).

Enfin, tout le monde y va de son couplet. La chose est infiniment plus complexe car elle remonte aux expansions colonialistes…à partir desquelles la plupart des pays ont été crées après découpage à la règle. Un mal pour en bien certaines ethnies qui observaient des rapports houleux- parfois hiérarchiques- ont été mélangées, à l’exemple des Xhosas et des Zoulous. Ou au contraire les colons ont sciemment provoqué des exils comme ce fut le cas des Tutsis.

D’où ces idées d’unions nationales flanchent pour avancer à pas réduits.

La colonisation est trop compliquée pour qu’on la laisse aux seuls admirateurs des époques coloniales et à leurs adversaires anticolonialistes.

 Certes, les puissances occidentales, ou encore la Chine, dans une certaine mesure les monarchies du Golfe, n’oeuvrent pas pour son développement et il est de leur intérêt de provoquer des guerres ou de chambouler des pays entiers pour y placer leurs pions. Mais il faudra un jour ou l’autre que les Africains prennent leurs destins en mains. Ce seront eux-seuls qui pourront résoudre les problèmes qui minent leurs sociétés, comme la corruption, l’excision pour certains pays, les dérives dues à certains cultes animistes poussé à l’extrême ou inversement moules sectes et courants intégristes souvent inféodés à des contrées religieuses extra-africaines.

Il y a également le cas du SIDA qui s’est propagé à la vitesse de l’éclair, et ceci non pas par un prétendu complot de la CIA visant à décimer la Race Noire…mais parce que simplement certaines croyances arriérées entravent la transmission des connaissances. Certaines traditions ne sont-elles pas à remettre en cause dès lors qu’il en va de l’intérêt général?

Si il est question d’Africains alors ça va de Tanger au Cap, et dans une moindre mesure qu’on arrête la dichotomie Afrique Blanche contre Afrique Noire. C’est insensé- et malheureusement ce clivage se lit parmi les communautés noires africaines et maghrébines établies en Occident. L’Afrique, à même l’Occident et l’Orient, connaît une diversité de populations denses et peut aisément revendiquer des héritages spirituels avec des civilisations antiques ( Egypte Antique, Empire Mandingue) qui ont fourni largement de supports pour être plus que des attractions touristiques, comme elle fut aussi un lieu de rencontre pour les trois religions monothéistes ( Maghreb, Egypte, Cap-Vert, Cameroun, Nigéria, Libye, Afrique du Sud).

 Kadhafi envisageait sérieusement de créer un espèce de bloc continental qui pourrait s’opposer aux tentatives de main mises. Quelle ne fut pas la surprise de voir les autres chefs d’états, cupides, lui rire au nez. Le pouvoir ça grise forcément. Se posait aussi le problème des identités religieuses des différents pays, car la christianisation et l’islamisation n’ont pas apporté que des bienfaits- elles ont aussi, hélas, contribué aux tensions interethniques. Si l’ancien dirigeant Libyen n’était pas un ange on ne peut pas dire que ce qui a été mis ensuite est forcément de bonne augure- quand on pense que les femmes sous Kadhafi avaient un maximum de droit. Revenons à cette idée de bloc. Elle est en train de trouver sa limite avec cette idéologie de paille qu’est l’actuel Panafricanisme, qui lui veut réduire les Africains à un concept( racialisant d’ailleurs)…or, lorsque j’assistais à la conférence de François Asselineau intitulée « Les partis politiques respectent-ils l’intelligence des Français? » ce dernier, fort d’une culture solide, nous assurait que:  » L’Europe n’a existé que lorsque les pays étaient en concurrence. Les Massaï, les Kabyles, les Indiens d’Afrique du Sud, les Maï-Maï, les Peuls, les Afrikaners, les Bamilékés, les migrants libanais, ou les Lendus, n’ont pas les mêmes cultures, et les réduire à un terme Panafricains ce serait leur enlever leurs spécificités ( et encore ce n’est pas sûr que l’auteur du terme daigne reconnaître à certains le terme d’Africains). Il est stupéfiant de voir à quel point certaines idéologies autistes prônant l’enracinement via une motherland ne font que créer à l’inverse de l’absurde ( on le voit bien avec le nazisme, le stalinisme, le fascisme, le Sionisme, ou prochainement avec l’Eurasisme).

De l’autre côté une Afrique aux cent drapeaux serait instable et augmenterait les déplacements de populations. Ne pas avoir les mêmes cultures et partager un espace est tout à fait possible. Notamment, en intensifiant les commerces entre pays voisins.

Dans l’état actuel des choses une armée Africaine devant intervenir dans les endroits à risques est nettement préférable aux interventions d’un ancien pays colonisateur. Reste que les pouvoirs ne s’entendent pas. Je suis même étonné qu’on parle continuellement des problèmes que pourraient à nouveau connaître le pays de Madiba, tandis que le Nigeria n’a jamais été aussi proche de l’implosion- le gouvernement est parti de Lagos pour se réfugier à Abuja. Parlons-en du Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique qui dispose d’une réserve de pétrole phénoménale ( au même titre que le Bostwana est le plus gros producteur de diamants bruts), et que des fondamentalistes protestants comme salafistes cherchent à soumettre à leurs désirs. Le Nigeria, avec l’Afrique du Sud, l’Egypte, et la République Démocratique du Congo, pourrait jouer un rôle phare dans le redressement de ce continent magnifique.

Le défi de l’Afrique sera de s’entendre avec elle-même.

A fric

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s